<< Retour au sommaire

 

Créer une base de données et sa première table

 

 

 

C’est parti !

 

Lancez EasyPHP.

Réduisez la fenêtre principale d’EasyPHP en réalisant le raccourci clavier WINDOWS +M.

 

Réalisez le raccourci clavier Insère F11 pour activer la barre des tâches système, positionnez-vous sur EasyPHP, pressez la touche entrée.

Dans le menu contextuel qui apparaît à l’écran, pressez flèche basse jusqu’à atteindre la commande « Administration » et pressez la touche entrée.

 

Une page apparaît à l’écran depuis votre navigateur.

Faites tabulation jusqu’à atteindre un lien intitulé :

« images_EasyPJHP/letter_g », pressez la touche entrée.

 

Afficher la liste des liens avec Insère +F7 et validez le lien « Base de données ».

 

Dans la nouvelle page, pressez la lettre « E » pour atteindre la première zone d’édition, activez le formulaire, saisissez le nom de la nouvelle base de données, refermez le formulaire, puis pressez la lettre « u » pour atteindre le bouton « Créer » et pressez la touche entrée.

 

Vous arrivez dans une nouvelle page, vous êtes dans la base de données que vous venez de créer.

Si vous pressez la lettre « E », vous arriverez dans une première zone d’édition dans laquelle vous pouvez saisir le nom de la première table.

 

Remarque :

Désormais, je ne vous préciserais plus que, pour activer le mode formulaire, vous devez presser la touche entrée, et ensuite, le désactiver en  pressant la touche « plus » du pavé numérique.

 

On reprend.

Faites tabulation et vous arrivez dans une autre zone d’édition, cette fois, saisissez le nombre de champs que vous prévoyez par enregistrement.

 

En faisant une dernière tabulation, vous arriverez sur le bouton « Exécuter », pressez la touche entrée.

 

La table est créée.

Dans la nouvelle page, pressez la lettre « E » afin d’atteindre la première zone d’édition puis activez le formulaire.

Il s’agit du nom du premier champ.

 

Avec tabulation, vous trouverez consécutivement :

 

  1. Nom du champ.
  2. Type du champ, avec les flèches verticales ou en saisissant la première lettre, choisissez le type du champ, par exemple, « VarChar ». Pour les types proposés, voir le chapitre « types de champs » de ce manuel.
  3. La taille en caractères du champ, par exemple, pour un champ de 10 caractères, saisissez 10.
  4. La police de caractères, vous pouvez ignorer ce champ.
  5. L’attribut du champ, vous pouvez ignorer ce champ.
  6. Une liste déroulante dans laquelle vous pouvez, à l’aide des flèches verticales, choisir « Nul » ou « No Nul ». Si le champ en cours de création ne doit jamais être nul, choisissez « No nul »,.
  7. Ce champ peut être ignoré.
  8. Champ auto incrémentation, si vous êtes en train de créer un champ identifiant dont le numéro doit s’incrémenter automatiquement, pressez flèche basse pour entendre « Auto INT ». Ainsi, vous n’aurez pas à gérer vous-même l’incrémentation du champ lors de la création d’un nouvel enregistrement.
  9. Bouton radio « Primaire », si le champ en cours de création doit être la clef principale de l’enregistrement, cochez cette option en pressant la barre d’espacement.
  10. Bouton radio « Index », si vous souhaitez indexer le champ, cochez cette option en pressant la barre d’espacement. Le fait d’indexer un champ rendra la recherche sur les valeurs de ce champ plus rapides, mais augmentera considérablement la taille de votre base de données.
  11. Bouton radio « Unique », pressez la barre d’espacement sur cette option si vous êtes en train de créer un identifiant qui doit toujours être unique, donc qui refuse les doublons.
  12. Il s’agit d’un bouton radio qui permet de décocher le bouton radio précédent, c’est-à-dire « unique », au cas où vous souhaiteriez le décocher.
  13. Bouton radio texte entier, vous pouvez ignorer cette option.

 

Voilà, vous devez maintenant créer le champ suivant, et ainsi de suite pour tous les champs de la table…

 

A la fin de la création de tous les champs, refermez le formulaire, puis pressez la lettre « U » jusqu’à atteindre le bouton intitulé « Sauvegarder » et pressez la touche entrée.

 

Vous arrivez dans une fenêtre de résultat de création de la table.

 

Si vous lisez attentivement le contenu de la page, vous trouverez peut-être un message d’erreur.

Si tel est le cas, vous pouvez continuer de descendre dans la page et vous trouverez consécutivement tous les champs de la table ainsi que leurs propriétés.

Vous pouvez alors réaliser des modifications sur la structure de la table…

Pour valider les modifications, pressez la lettre « u » jusqu’à atteindre le bouton « Sauvegarder » et pressez la touche entrée.

 

Vous pouvez maintenant lire le résultat et continuer de modifier la structure de la table si nécessaire.

 

Philippe BOULANGER